•               

    Le nouvel ordre mondial

     

    Qui se cache derrière ce nom? Un ensemble de personnes qui ont décidé de changer la face du monde depuis au moins 50 ans et qui semblent bien y parvenir. Qui sont ces personnes?

    Ce ne sont pas de simples citoyens, mais pour autant, elles n'apparaissent pratiquement pas sur le devant de la scène; et pourtant souvent elles détiennent le pouvoir économique de créer un Krach Boursier ou de déstabiliser un pays, et elles utilisent ce pouvoir à des fins bien précises.

    Le terme de "Nouvel Ordre Mondial" fut employé pour la première fois lors d'une conférence publique devant les médias de Mr George Bush, alors président américain.



    Nouvel Ordre Mondial - 11 Septembre 1990

     

    Le 12 Juin 1997, les paisibles eaux du Lac Lanier se ridèrent à l'approche d'une flottille d'hélicoptères. Au sol, l'armée, la police et les services secrets américains quadrillaient la petite île. Plusieurs jours auparavant, ils avaient prié les quelques résidents du Renaissance Pine Isle, un riche complexe hôtelier, de quitter immédiatement les lieux. Pourquoi? Aucune raison n'avait été donnée... Un colloque, une convention se préparait... réunissait des gens importants en tout cas.

    Les hélicoptères reçurent l'ordre par radio d'atterrir. C'est la femme du président américain en personne, Hillary Clinton, qui accueillit les puissantes personnalités descendant des hélicoptères sous haute protection. Politiciens, industriels, financiers, universitaires... Tous s'étaient rendus dans le plus grand secret sur cette petite île perdue au fin fond de la Géorgie (États-Unis) pour assister à la 41ème réunion du "Groupe Bilderberg".

     

    Bien que la quête personnelle du pouvoir est un moteur puissant pour cet établissement mondial, les groupes d'influences ont joué le rôle principal dans le choix et l'imposition des politiques de par le monde. Les plus connus, pour ne pas dire le plus notoires, sont : le "Concil On Foreign Relations" (CFR), la Commission Trilatérale, le Club des 300, le Club de Rome, les "Skulls and Bones", les Francs-maçons, etc.


    Dans ce mélange méconnu d'influences, aussi secrètes que non pertinentes au bien-être des peuples, l'appartenance économique, politique et idéologique côtoie de façon alarmante l'appartenance sociale, philosophique, religieuse, et émotionnelle, voir sectaire, et même occulte.
     

    Devant cette réalité de plus en plus présente, mais de moins en moins dénoncée, notre âme patriote, celle prônant la souveraineté des idées et des individus sur les gouvernements, nous appelle à dénoncer cette rapide escalade du contrôle et l'effritement des droits individuels.

    Dénoncer l'avènement d'un Nouvel Ordre Mondial n'a rien de conspirationniste, même si c'est ce que les médias portant le message des élitistes tentent de nous faire croire. S'inquiéter de nos droits communs en tant que collectivité est plus que notre droit sacré, il s'agit de notre responsabilité face à ceux qui nous ont donné la vie, et face à ceux à qui nous la donnerons.
    Ne laissez jamais aucun individu ou organisation vous dire le contraire.


     
     

    Un documentaire explorant les liens entre la collecte des impôts et l'érosion des libertés civiles en Amérique.


    America From Freedom to Fascism 2/7
    envoyé par
    zgump

     
    Presque toutes les organisations internationales ou nationales servent maintenant les intérêts d'un Nouvel Ordre Mondial. Les gouvernements nationaux eux-mêmes, l'Union Européenne, l'OTAN, le G7, le G8, le G20, le Quartet, le FMI, la Banque Mondiale, et bien sur l'ONU et ses filiales (et de nombreux autres), sont tous des outils de cette uniformisation, qui nous habituent peu à peu à une structure où un pouvoir central prend une décision, qui devient dès lors inévitablement applicable et effective sur l'entière surface du globe, sans possibilité de "recours".
     

    Voici le témoignagne d'Aaron Russo sur le NWO , La verichip et sur les Rockfellers 

     

     
    L'endoctrinement au Nouvel Ordre Mondial commence par la télévision... 

     


     
    Traduction: 

    "Tu auras toujours une place spéciale dans mon coeur et dans le Nouvel Ordre Mondial"
    "Je vais avoir des cadeaux dans le Nouvel Ordre Mondial, madame Clyde me l'a dit."
     
     
     
    Autour des tables rondes du pouvoir, on en est à cette page de l'agenda depuis des siècles. Derrière les portes closes, l'élite planifie une structure qui permet et permettra, grâce à la guerre, l'inflation, le terrorisme et d'autres variables créées de toutes pièces, d'assurer les profits et le pouvoir à ses descendants. Mais à quel prix pour nous?
     
               http://www.newworldorder.cc/images/index/ud.jpg
     
     
    Un «nouvel ordre mondial» (pas seulement économique) a été instauré en coulisse. Les États-Unis estiment être investis d'une mission qu'ils se sont donnée à eux-mêmes, par leur poids sur l'échiquier mondial. Après sa victoire dans la guerre du Golfe (1991), Washington a parlé d'édifier un « nouvel ordre mondial » façonné à son image. Avec des accents prophétiques, le président George Bush déclara alors : « Les États-Unis sont appelés à conduire le monde hors des ténèbres et du chaos de la dictature vers la promesse de jours meilleurs.» Ce plan hégémonique a commencé il y a un siècle.
    Tout a été planifié et préparé depuis longtemps. La mondialisation était inscrite dans les premiers accords du GATT, en 1947, avec le libre-échange.

     


    Après un rapport publié en 1975 «la crise de la démocratie», la Commission Trilatérale publiait en 1976 son plan : «La réforme des institutions internationales». Une nouvelle répartition des voix au FMI et à la Banque Mondiale s'est opérée en faveur de l'impérialisme et de l'hégémonie US. Voilà un capitalisme sauvage, qui répand les dogmes ultra-libéraux pour privilégier une minorité d'affairistes ! Ce libéralisme présente des aspects totalitaires et se montre sans pitié pour les faibles ! Et c'est le premier producteur d'armes du monde.


    Au lieu d'avoir emboîté le pas aux propositions de désarmement de Gorbatchef, en 1990, leurs
    visées impérialistes se doublent de visées terroristes sur n'importe quel Pays de la planète.
    Les guerres de libération ont échoué, sauf à Cuba ; le Ché est-il mort pour rien ? Son héroïsme reste exemplaire pour les peuples opprimés. Le malheur s'abat sur des peuples entiers. L'Afrique est la plus touchée. Les inégalités se creusent, les pays spoliés ne peuvent plus rembourser leurs dettes. Ici et là, des mafias se créent. On frôle l'anomie.


    EndGame_VOSTFR_1/7
    envoyé par zgump


    Après avoir investi les institutions internationales (avec un pourcentage écrasant de PIB), le gouvernement d'État américain réagit au terrorisme en toute impunité par des frappes aériennes sur l'Afganistan, et maintient l'embargo sur l'Irak sans raison valable. Le Conseil de Sécurité est à sa botte. Au mépris du droit international, c'est la puissance des États-Unis qui s'affirme là, et aussi à travers l'Alliance atlantique, tous les Etats d'Europe. Élargi aux pays européens de l'Est, L'OTAN met à profit les divisions et les embarras des Européens ! Depuis peu, des représailles au terrorisme se soldent par des bombardements en Afghanistan ! La propagande semble au point... mais les pires terroristes ne sont pas ceux que l'on nous désigne comme tels. "Le choc des civilisations" arrive tel qu'il a été décrit en 1998 par un des chantres du système, Samuel P. Huntington, (un ancien de la Trilatérale qui fut conseiller de tous les Présidents US depuis Carter).


    A inscrire au Livre Noir du capitalisme : les milliards de victimes des guerres et des nombreuses guérillas, la famine ou la malnutrition dans les Pays spoliées, l'esclavage et la pollution. Car le capitalisme a besoin de la guerre et il vampirise l'humanité. (Rapport américain sur l'utilité des guerres; La Paix Indésirable, Calmann-Lévi, 1970).

    En réalité, en combattant le communisme et le socialisme partout dans le monde, les USA sont arrivés à leurs fins. Ils étaient déjà les grands gagnants de la dernière guerre mondiale, avec la suprématie du dollar, depuis Brentton-Woods, mais l'effondrement de l'URSS, après une course aux armements ruineuse, leur laisse l'hégémonie totale : les USA dominent le monde sur tous les tableaux : économique, technologique, militaire et culturel. Leurs services secrets furent mis à l'œuvre. N'oublions pas aussi que les puissantes agences de presse américaines ont eu un rôle important depuis 1945, en propageant leurs mots d'ordre dans le monde. LeNouvel Ordre Mondial diffuse "la pensée unique", pour le grand "marché unique", la monnaie-refuge étant le dollar. On a introduit depuis peu la notion de "gouvernance". Mais "la communauté internationale" ou "l'Occident" cache-t-il un véritable gouvernement mondial ? Que se cache-t-il derrière les réunions duG7 , d'où rien ne filtre ?

     
                      
                       Sarkozy nouvel ordre mondial
                       envoyé par Chevalier_du_Christ


    - En 1975, au sein de la Trilatérale, le super gouvernement supra-national qui réunissait le gratin de la finance, des affaires et des Etats occidentaux avec le Japon, Z. Bzrézinski a parlé de constituer une communauté mondiale et de créer au sein du Département d'Etat un instrument de planification mondiale avec comme chef d'orchestre le vice-président des USA. Il y a eu ensuite la première crise de la dette du tiers-monde qui, en 1982, a donné à la Banque Mondiale et au FMI un nouveau rôle de contrôle et de direction des économies des pays en voie de développement. Des Pays du Tiers-Monde accèdent à l'indépendance et se battent contre l'impérialisme ; 77 Etats se coalisent. Mais l'échec des conférences Nord-Sud pour l'établissement d'un nouvel ordre économique plus juste donne aux maîtres du monde l'idée d'un nouvel ordre qu'ils contrôlent mieux. Les Etats-Unis vont prendre la suprématie dans les décisions en changeant les statuts de ces instances mondiales : le poids des décisions sera au prorata du pourcentage du poids financier. On est obligé dorénavant de compter sur la seule super-puissance qui reste au monde.

                     

    - L'effondrement de la super-puissance soviétique, l'abrogation du pacte de varsovie, symbolisé par la chute du Mur de Berlin en 1989, a parachevé la tendance à l'intégration mondiale en mettant fin au "débat de systèmes" et en facilitant la pénétration du capitalisme dans le monde entier. Tout s'est accéléré.


    Naomi KLEIN Le capitalisme du desastre
    envoyé par Weasreopen


    - Avec la libre circulation des capitaux, par uniformisation du système bancaire et l'arrivée des nouvelles technologies et la mise en réseaux, cela s'est réalisé par la suppression des taxes douanières, en plusieurs étapes, lors de sommets initiés par les USA. Pour les grandes entreprises multinationales qui se sont développées en délocalisant leur usines (ou unités de production) dans les pays émergeants, où la main-d'œuvre est bon marché, il fallait "mondialiser" l'économie libérale pour favoriser les échanges commerciaux sur la planète entière. (libéral = se donner des libertés). Il n'en demeure pas moins que la mondialisation comporte non seulement un degré d'intégration des économies jamais égalé, mais aussi de nouveaux acteurs qui imposent de nouvelles règles et de nouvelles disciplines et, plus important encore, engendrent de nouveaux déséquilibres et de nouvelles contradictions.
    Mais qui les impose ?

     


    - Des instances internationales, créées en 1944 pour financer la reconstruction des Pays après la guerre (FMI et Banque Mondiale restructurées pour gérer les problèmes économiques du Tiers-monde) sont détournées de leurs orientations. N'oublions pas que, détenteurs de plus de 90% des fonds, les USA ont la haute main sur ces institutions.


    - L'Union Européenne, sous la houlette de la Commission, et du Conseil de l'Europe.
    - les trusts transnationaux, réunis en Commission Trilatérale (Amérique, Europe, Japon) avant 1989, puis multilatéralement après 1989, pour "une économie globalisée", donc pour toute la planète.
    Tout s'est donc accéléré après la chute du mur de Berlin en 1989, signe de la fin de la "guerre froide" entre le bloc de l'Est et le bloc de l'Ouest. En 1990, à l'occasion de la guerre du Golfe, Georges Bush, le Président des U.S.A., a annoncé un "nouvel ordre mondial". Car la fin de la "guerre froide" sonne le glas au communisme, et donc, un capitalisme privé de type libéral triomphe : ce système économique s'impose partout sur le globe, pour le bénéfice des grandes multinationales et des grandes banques, avec le libre-échange voulu depuis de longue date par les USA.

    Tous les États sont endettés à cause du système monétaire international qui profite aux banques privées... Depuis la dernière guerre, le dollars est la monnaie-refuge, (la seule indexée sur l'or après la conférence de Bretton-Woods de 1944) mais depuis 1971, les USA exportent leur déficit en laissant fluctuer le dollar (il fut désindexé unilatéralement parce que leur balance était devenue déficitaire à cause des milliards engloutis dans la guerre du Viêt-Nam). Quand le dollars est sous-évalué, cela favorise leurs exportations: leurs prix sont plus compétitifs. Si son cours remonte, leur économie étant plus compétitive, qui paye les dividendes ? Les autres Pays, qui ont recours au dollar en empruntant sont ainsi spoliés.

    Mais il y a plus grave, lisez :
    http://www.solidariteetprogres.org/

     

    Liens annexes
     

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique