• http://thefilter.ca/saug13usa.jpg

    Facebook et la CIA

    Facebook est sans aucun doute le succès internet de cette année 2007. Les médias et le monde des affaires ont les yeux rivés sur cette société désormais valorisée à 15 milliards de dollars. Mais à y regarder de plus près, il semble que Facebook ne soit pas totalement étranger aux instances américaines...


    CIA/Bush/Myspace/Facebook/Reflexions cybersociabilité 2/2
    envoyé par lefreepenseur


    Bref historique

    C’est en février 2004 que le projet Facebook voit le jour dans les locaux d’Harvard à l’initiative de Mark Zuckerberg, de Dustin Moskovitz et de Chris Hugues. Facebook se propage alors rapidement d’Harvard à Stanford, Yale et Columbia.

    Facebook touche ensuite les autres collèges et universités ainsi que les réseaux professionnels en mai 2006. En septembre 2006, Facebook est accessible à tous les internautes.

    Aujourd’hui Facebook compte plus de 50 millions d’utilisateurs à travers le monde dont plus d’un million en France.

    Des investisseurs non neutres...

    Comme toute start-up ambitieuse, Facebook avait d’importants besoins de financements pour mener à bien son projet. Dès l’été 2004, Peter Thiel, l’ex-CEO de Paypal investit 500 000 dollars dans la société.

    Peter Thiel semble avoir des liens importants avec le think tank néoconservateur Vanguard PAC. Peter Thiel a travaillé aux côtés de Rod Martin, président de ce think tank et proche de l’administration Bush. Rod Martin préside, entre autres, le puissant lobby des armes : la National Rifle Association.

    Puis en mai 2005, Facebook lève 12,7 millions de dollars auprès du fonds d’investissement Accel Partners. Son président, James Breyer, accède alors au conseil d’administration de Facebook. James Breyer a siégé, entre autres, chez NVCA et BBN (à l’origine de l’ARPANET). Dans ces sociétés, on retrouve Gilman Louie et Anita Jones qui ont tous deux siégé au conseil d’In-Q-tel, fonds d’investissement de la CIA fondé en 1999.

    De plus, le docteur Anita Jones a travaillé pour le compte du département américain de la Défense. Et puisqu’un schéma vaut mieux qu’un long discours, voici une cartographie simplifiée des liens indirects pouvant réunir Facebook et les institutions de défense américaines.

    Facebook serait-il le nouvel IAO ?

    En janvier 2002, la DARPA en association avec le département américain de la Défense lance le programme IAO constituer une base de données géante alimentée par l’ensemble des bases informatiques afin d’exercer un parfait contrôle de l’information.

    Suite à la pression de l’opinion publique, ce programme a cessé officiellement ses activités en 2003. Cependant, pour beaucoup, l’IAO continue ses activités de manière moins officielle en se greffant sur des systèmes existants tel Facebook.


    Liens facebook CIA
    envoyé par inet
    Il faut dire qu’aujourd’hui, Facebook est sans nul doute la base de données personnelles la plus qualitative. Le but de Facebook est de pouvoir bâtir le social graph, sorte de cartographie géante des réseaux humains. 

    Facebook et les données personnelles

    Dans les CGU de Facebook, on s’aperçoit que le réseau social se réserve le droit de communiquer nos données à des tiers "may share your information with third parties, including responsible companies with which we have a relationship". De plus, Facebook indique clairement la possibilité de transférer les données à des agences gouvernementales : "this may include sharing information with other companies, lawyers, agents or government agencies".

    Enfin, en utilisant Facebook, vous consentez à transférer vos données personnelles aux Etats-Unis : "By using Facebook, you are consenting to have your personal data transferred to, and processed in, the United States."

    Limites

    Seule une enquête plus approfondie permettrait de déterminer si oui ou non Facebook est au service de la CIA et du gouvernement américain. Il n’est fait référence ici qu’à des liens indirects entre certains des investisseurs de Facebook et les instances américaines.

    Il conviendrait donc de faire une recherche plus approfondie sur les autres investisseurs (Greylock Partners, Meritech Capital entre autres) de Facebook afin de confirmer ou d’infirmer cette hypothèse.

    Voir aussi : Facebook : l’ultime site de rencontre ?

    Voir aussi : la vidéo de l’émission Revue et Corrigé

    Source : DatingWatch.org





    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique