• Les projets secrets des U.S.A

     

     

    Petit listing des projets U.S.

     
    MOONSTRUCK, 1952, CIA:

    Implants électroniques dans les dents et le cerveau, ciblage : longue distance
    Implantation pendant une opération chirurgicale ou une " abduction ".Fréquences d'utilisation : HF - ELF (fréquences extrêmement basses) implants transmetteursButs recherchés : Tracking, contrôle de l'esprit et de l'attitude, conditionnement, programmation, Base fonctionnelle : Stimulation électronique du cerveau, E.S.B.
     
     


    MK-ULTRA, 1953, " Project Artichoke " ( Projet artichaut ) CIA:

    Drogues et électroniqueciblage : courte distanceFréquences d'utilisation : VHF (fréquences très hautes) HF (fréquences très hautes) UHF (fréquences extrêmement hautes) modulées en ELF (fréquences extrêmement basses).Transmission et Réception : production localeButs recherchés : programmation des comportements, création de mentalités " cyborg "Effets: transe narcoleptique, programmation par suggestion Sous Projets : multiples. Base fonctionnelle : Dissolution électronique de la mémoire, E.D.O.M.


    ORION, 1958, " Dreamland " (" Pays du rêve "), U.S.A.F:

    Drogues et hypnoseciblage : à courte distance, sur l'individuFréquences d'utilisation : ELF (fréquences extrêmement basses) modulées.Transmission et Réception : Radar, micro-ondes, modulées en fréquences ELF (fréquences extrêmement basses) Buts recherchés : " débriefing " de personnel " Top sécurité ", programmation, assurer la sécurité et la loyauté.


    MK-DELTA, 1960, "Deep Sleep", (" profond sommeil ") R.H.I.C, CIA:

    programmation subliminale électromagnétique à syntonisation fineCiblage : Longue distanceFréquences d'utilisation : VHF (fréquences très hautes) HF (fréquences très hautes) UHF (fréquences extrêmement hautes) modulées en ELF (fréquences extrêmement basses)Transmission et Réception : antennes de télévision , antennes de radio, lignes de puissance, ressorts de matelas en spirale, modulation en 60 Hz filaire.Buts recherchés : programmation des comportements et d'attitudes de la population de façon généraleEffets : fatigue, mouvements d'humeurs, dysfonctionnements de comportements, criminalité sociale, phases alternatives d'euphorie/dépression.


    PHOENIX ,PHOENIX II, 1983, " Rainbow ", (" Arc-en-ciel ") - ZAP U.S.A.F, NSA:

    Localisation: Montauk, Long Island
    Ciblage multidirectionnel électronique de groupes de populations sélectionnées.Ciblage : Moyenne distanceFréquences d'utilisation : Radar, micro-ondes. EHF UHF moduléesPuissance : estimée en Gigawatts ou même TerawattsButs recherchés : chargements de grilles magnétiques telluriques, création de tremblements de terres sur des points particuliers du globe, programmation de masse pour des individus sensitifs.


    TRIDENT, 1989, " Black Triad " (Triades noires). A.E.M.C, ONR, NSA:

    Ciblage directionnel électronique de groupes d'individus ou de personnes isolées.
    Ciblage : groupes importants de personnes rassemblées Déploiement : Hélicoptères noirs évoluant en triades par trois.Puissance : estimée à 100,000 wattsFréquences d'utilisation : UHF (fréquences extrêmement hautes)Buts recherchés : contrôle et monitoring de comportement de foules, contrôle d'émeutes.
    Agences coopérants : FEMA (Agence des mesures Fédérales pour les cas d'urgence)


    RF MEDIA, 1990, " Buzz Saw " E.E.M.C. CIA:

    Suggestion et programmation subliminales multidirectionnelles électroniquesLocalisation: Boulder, Colorado ciblage : Citoyens des Etats Unis.Fréquences d'utilisation : ondes VHF (fréquences très hautes) HF (fréquences très hautes) UHF (fréquences extrêmement hautes)
    Puissance : estimée en GigawattsImplémentation : Télévision et communications radio, signaux de type " vidéodrome " Buts recherchés : Programmation et déclenchements de désirs comportementalistes, altération et subversion des habilitées psychiques des membres d'une foule, processus d'initialisation de contrôle électromagnétique des masses.


    HAARP, 1995, CIA, NSA, ONR:

    Induction de résonance électromagnétique, contrôle de population, contrôle de la météoLocalisation: Gakona, AlaskaFréquences d'utilisation : ondes verrouillées VHF (fréquences très hautes) UHF (fréquences extrêmement hautes)
    Potentiel : altération du code génétique sur une population et modification des comportements de masse. Changement climatiquePuissance : estimée en Gigawatts ou Tera-watts
    Fréquences d'utilisation : approx 1.1 GHz, fréquence de résonance couplée à celle de l'ADN humain, verrouillable en phase avec le système cellulaire humain.


    TOWER, 1990, " Wedding Bells " (cloches de mariage),CIA, NSA:

    Suggestion et programmation subliminales électroniques sur l'ensemble d'un territoire.ciblage : groupes importants de personnes rassemblées, à intervalles réguliers courts, effet cumulatif sur le long terme.Fréquences d'utilisation : Micro-ondes, EHF — SHFMéthodologie: système des téléphones cellulaires, modulation en ELF (fréquences extrêmement basses)Buts recherchés : Programmation à partir de la résonance neurologique et informations encodées. Effets produits : dégénérescence neurologique, modification génétique de l'ADN, harcèlement psychique

    CLEAN SWEEP, 1997, 1998, CIA, NSA, ONR:

    Induction électromagnétique résonnante et modification de comportement de masseLocalisation : sur l'ensemble du territoireFréquences d'utilisation : correspondant à celles des émotions chez l'être humain — Données rassemblées et archivées pendant des évènements médiatisés par hélicoptère. Reprogrammation en vue d'opérer une seconde stimulation des niveaux émotionnels dans le cadre de création ou de recréation de scénarios évènementiels.Potentiel : Modification des attitudes et des mouvements d'une foulePuissance : Inconnue. Rediffusion possible à l'aide du réseau GWEN, coordonnées à partir du NBS dans le Colorado.


    L.U.C.I.D TM

    Le projet LUCID TM est un système de gestion et de contrôle des systèmes biométriques implantables. Par définition, la biométrie prend en compte des paramètres biologiques. Les expériences faites sur les spectres d'ondes (FEM ou EMF) cérébrales générés par nos cerveaux, afin de pouvoir les analyser, les contrôler, les stimuler ou les altérer sont totalement occultées et ignorées du grand public. Les signaux subliminaux ne sont pas uniquement visuels mais peuvent être infra ou ultra sonores. Le principe du projet L.U.C.I.D TM est un système de transmission de données multilingues personnalisées encryptées à partir de supports mobiles éloignés, peu importe leur localisation, dans n'importe quelle langue donc, vers un mégacalculateur capable de les centraliser à l'échelon mondial.

    MOSAIC

    Il s'agit d'un système administratif de Sécurité Nationale utilisant la haute technologie spatiale en général et les satellites en particulier pour pouvoir opérer une traçabilité en temps réel 24h/24, de chaque être humain en vie à la surface de la planète. Une mosaïque est constituée de morceaux ou "tuiles" ("tessera") de céramique multicolore et chacun de ces fragments représente un individu. Ces "tuiles" seraient des biochips sous cutanés placés dans ce cas sur le front ou la main droite, tels que ceux qui sont implantés sur des animaux ou même des êtres humains comme cela se fait déjà avec des prisonniers ou des malades mentaux sous surveillance contrôlée à l'aide d'un collier placé sur un membre. La meilleure publicité promue pour cette nouvelle technologie de traçabilité tient dans l'argument de pouvoir garder un contact avec un enfant et empêcher ainsi le kidnapping.


    TESSERA

    Le projet "TESSERA" a été lancé par la NSA, L'Agence de (Surveillance ECHELON) Sécurité Nationale Américaine. Le projet consiste à mettre en adéquation la technologie informatisée avec la production de microchips implantables miniaturisées dotés de suffisamment de mémoire et gérés par le système "MOSAIC". La "tessera" était une marque distinctive portée par les prisonniers et les esclaves sur la peau du temps des Romains.
    Un téléphone portable au départ a été conçu pour pouvoir téléphoner, recevoir ou émettre un message visuel court, servir de modem en se dispensant de se connecter à un réseau filaire, etc..
    Ils sont en passe de devenir des chronomètres, des consoles de jeux, des enregistreurs vocaux, des radios FM/AM, des baladeurs MP3, des systèmes de localisation géographique (GPS), des navigateurs Internet, des téléviseurs, des webcaméras, des lecteurs de cartes de crédit (SIM + puce), des émetteurs de cartes de visite virtuelle, bref de véritables bureaux de poche sans compter les options d'accouplement avec d'autres machines et une multitude de protocoles. Des systèmes de reconnaissance d'empreintes digitales remplacent les mots de passe et neutralisent les dommages causés par les vols de plus en plus nombreux pour permettre aux malfrats d'assurer leurs trafics impunément et de façon anonyme quant à leur identité.


    BLUE BOOK

    Le projet Blue Book est une commission mise en place par l'
    US Air Force, afin d'étudier et d'enquêter sur le phénomène OVNI. Cette commission fut créée en 1952 et resta en activité jusqu'en 1969. Les premières observations d'OVNI qui suivirent la fin de la Seconde Guerre mondiale (notamment la célèbre histoire de Kenneth Arnold) mirent rapidement l'armée américaine en alerte. Dès 1947, l'US Air Force lança le projet Sign qui devait étudier la réalité de ces phénomènes. Rebaptisée projet Grundge en 1949, cette commission fut rapidement décrédibilisée par ses prises de position systématiquement sceptiques et son flagrant manque de moyens. En 1951, suite à une importante vague d'observations d'OVNI, l'armée décide de relancer le projet avec plus de moyens et de sérieux. Le 12 avril 1952, le projet Blue Book naît, dirigé par le capitaine Edward J. Ruppelt. Cette commission se divisera en une section d'étude, une d'investigation, un agent de liaison avec le Pentagone et des consultants scientifiques civils. Des observations d'OVNI extrêmement médiatisées se multipliant au cours de l'année 1952, les hautes sphères du gouvernement commencent à s'intéresser de très près à ce phénomène et décident d'accentuer l'investigation dans ce domaine. En septembre 1953, le capitaine Ruppelt démissionne de son poste. Il publiera, dés 1955, "The Report on Unidentified Flying Objects", livre relatant les cas les plus significatifs qu'il avait pu traiter au sein du projet Blue Book. Le capitaine Charles Hardin reprend le commandement du projet en mars 1954. Devant faire face à de nombreuses attaques sur l'opacité de l'armée à propos du phénomène OVNI, le capitaine décide de déclassifier et rendre public le rapport spécial n° 14 du projet Blue Book. Ce rapport, qui conclut à l'inexistence des OVNI, est mis en vente auprès du grand public en octobre 1955. Le capitaine George T. Gregory est nommé à la tête du projet en avril 1956 ; il sera remplacé par le major Robert J. Friend en octobre 1958. En avril 1963, le projet Blue Book passe sous les ordres du major Hector Quintanilla. En mars 1966, une observation d'OVNI extrêmement médiatisée et les prises de positions très sceptiques de l'US Air Force amènent plusieurs scientifiques civils du projet (dont Josef Allen Hynek) à prendre publiquement parti pour la réalité du phénomène OVNI et, donc, contre la position officielle du projet Blue Book. Ces divergences amèneront le gouvernement américain à commanditer, en 1969, un rapport d'experts auprès du docteur Edward Condon, de l'Université du Colorado afin d'établir ou non la réalité du phénomène OVNI. Le rapport Condon conclura que les OVNI n'existent pas et que tous les témoignages reposent soit sur une méprise avec des phénomènes naturels, soit sur des hallucinations et que toute recherche scientifique dans ce domaine ne présente aucun intérêt. Le projet Blue Book sera donc officiellement dissous en décembre 1969 et cessera toute activité en janvier 1970.


    MOGUL

    Le projet Mogul est un projet top-secret datant de 1947 et qui consistait, dans le cadre de la
    guerre froide, à envoyer des ballons-sondes afin d'espionner l'Union soviétique pour savoir si on y effectuait des tests nucléaires. C'est peut-être l'un de ces ballons qui, lorsqu'il s'écrasa près de la ville de Roswell, aurait causé le célèbre incident de Roswell.
     

  • Commentaires

    1
    anonymous
    Samedi 29 Septembre 2012 à 03:32
    Bonjour il semble certain qu il va bientot arriver un drame sans pressédent savez vous s'il il y a un moyen de se mettre en securité ? 
      • Mercredi 26 Avril à 01:36

        Pour être en sécurité il faut arretter de croire, il faut savoir! Nous sommes les seuls à même de nous sauver....

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :