•  

                                     http://stopprojectmonarch.org/images/projmonarchlogo_color%20title%20copy.jpg

     

    Selon le niveau de programmation, il y plusieurs techniques de conditionnement. Le programme de base GENERAL est assez doux par rapport aux autres programmes comme les conditionnements militaires.

    Les programmes des niveaux supérieurs ont plusieurs étapes. La première étape commence avec la création de dissociation dans le sujet, qui se produisent généralement à partir du moment de la naissance à six ans. Ceci est principalement atteint grâce à l'utilisation des électrochocs (ECT) et effectué à temps, même lorsque l'enfant est dans l'utérus de la mère. En raison du grave traumatisme induit par le biais du traitement, les abus sexuels et d'autres méthodes, l'esprit se sépare en alternance de la personnalité hors du noyau. Anciennement dénommé " le trouble de personnalité multiple", il est actuellement reconnu comme " Désordre identitaire dissociatif " et est à la base de la programmation MONARCH
    . Un nouveau conditionnement de l'esprit de la victime est renforcé par l'hypnotisme, contrainte, plaisir, douleur, de renversements, de nourriture, d'eau, le sommeil et la privation sensorielle, ainsi que divers médicaments qui modifient certaines fonctions cérébrales.

    La prochaine étape est d'intégrer et de comprimer des commandes ou des messages. Ce résultat est obtenu grâce à l'utilisation de la technologie des casques, en liaison avec des générateurs pilotés par ordinateur qui émettent des ondes sonores inaudibles ou harmoniques qui ont une incidence sur l'ARN portant sur les voies des neurones à l'inconscient et au subconscient. Des dispositifs optiques " Virtual Reality "sont parfois utilisés simultanément avec la projection des générateurs d'harmoniques pulsatif, comme des lumières colorées, et des visuels subliminals sur écran. Les électrochocs à haute tension sont ensuite utilisés pour la dissolution de la mémoire.

    ALPHA
    Considéré comme " général ", la programmation régulière de base sur le contrôle de la personnalité, caractérisée par le maintien de la mémoire très marquée, avec une augmentation substantielle des forces physique et de l'acuité visuelle. Alpha programmation est réalisée par la subdivision de la personnalité des victimes par voie de stimulation des neurones et la division du cerveau (gauche-droite).

    BETA
    Désigné sous le nom de programme " sexuel ". Cette programmation élimine tous appris des convictions morales et stimule l'instinct sexuel primitif, sans inhibitions.

    DELTA
    Programme connu sous le nom de " tueur , à l'origine développé pour la formation spéciale des agents ou des soldats d'élite (c'est-à-dire Delta Force, First Earth Battalion, Mossad, etc.) dans les opérations clandestines. Production d'adrénaline optimale et contrôle de l'agression. Les sujets sont dépourvues de peur dans l'exercice de leur mission. L'auto-destruction ou le suicide sont en couches dans les instructions à ce niveau.

    THETA
    Considéré comme le programme "psychique" de la programmation. les Bloodliners (ceux qui viennent de plusieurs générations de familles sataniques) ont une plus grande propension à avoir des capacités télépathiques que les autres (non-bloodliners). Les diverses formes de systèmes de contrôle électronique de l'esprit ont été élaborés et mis en place, à savoir, la bio-médical des dispositifs de télémétrie (implants cérébraux), à énergie dirigée par lasers à micro-ondes et / ou de l'électromagnétisme. Uutilisés en conjonction avec des ordinateurs très sophistiqués et des systèmes de repérage par satellite.

    OMEGA
    Internal computer. Une " auto-destruction " de la programmation, aussi connu sous le nom de " Green Code ". Comportements avec des tendances suicidaires et / ou d'auto-mutilation. Ce programme est activé lorsque la victime commence une thérapie ou un interrogatoire ou trop de mémoire est récupérée.

    GAMMA
    Programme de démonologie. Une autre forme de système de protection par le biais de la " tromperie ", ce qui suscite la désinformation et les erreurs d'aiguillage. Ce niveau est liée à la démonologie et tend à se régénérer à une date ultérieure si désactivé de façon inappropriée.

    Et d'autres programmes et sous programmes :
    CHI (programme de retour au culte), EPSILON (Programme sur les animaux modifiés), HYPNOTIC INDUCTIONS, JANUS-ALEX CALL BACKS (Programme de fin des temps), TINKERBELLE (never grow up/alien), TWINNING (teams), SOLEMETRIC MILITARY, SONGS (reminders), ZETA (snuff films), Sample alter system codes, CATHOLIC, (programme pour les catholiques), MENSA (programme pour les QI élevés), HAND SIGNALS, SITE CODES (utilisé pour les esclaves modèles, etc.)

     

     


    votre commentaire
  •  

    http://passouline.blog.lemonde.fr/files/2007/05/orange5.1179354826.jpg

     

    La dissociation est utilisée comme un moyen de défense pour protéger une personne de la douleur et de l'immense traumatisme. Il s'agit d'une capacité naturelle du cerveau. L' HYPNOSE ou la TRANCE HYPNOTIQUE est une forme de dissociation. Il existe un certain nombre de types de dissociation: amnésie, états somnambulistique, paralysie localisée, anesthésies, et des hallucinations. L'hypnose peut reproduire tous les états de dissociation. L'esprit lui-même est naturellement hypnotisé dans diverses conditions. Nous sommes sous hypnose légère ou moyenne dans beaucoup de situations de la vie. Par exemple en conduisant un véhicule, vous pouvez diriger la conduite mais également parler aux passagers et être en état hypnotique. Vous êtes sujet à la fois dans la transe hypnotique (conduite) et éveillé (parler). La répétition d'actions similaires aide à entrer dans la TRANCE, comme le travail à la chaine en usine.

    Il existe 5 niveaux de l'inconscient. Pour accéder aux niveaux supérieurs suivant il faut une aide extérieure. Les gens peuvent évidemment accéder à deux niveaux naturellement sur un spectre qui va de la conscience à l'inconscient. Il est souvent difficile de déterminer exactement dans quel état d'esprit le cerveau se trouve, car il n'y a pas de réponse unique.

     

    Une transe est modéré, quand on imagine. Une transe profonde est l'endroit où le sujet se sent physiquement comme dans la réalité, comme dans un rêve très fort. La transe profonde est un niveau très créatif. L'hypnose semble affecter plusieurs régions du cerveau et le cerveau est modifié dans l'état hypnotique. Les centres du mésencéphale sont inhibés.

    L'hypnose peut être utilisé sur la partie intellectuelle de l'esprit, le cadre social et spirituel de l'esprit, et la partie primitive de reproduction de l'esprit. Les qualifiés de l'hypnotiseur décide sur quel domaine il souhaite travailler. Les chrétiens et les Illuminati qui sont qualifiés dans la compréhension de ce phénomène croient qu'il ya un côté diabolique de l'hypnose. Dans le " World Book Encyclopedia" l' hypnose est répertorié en tant que MAGIE ne relevant pas de la médecine. Certains chrétiens classe l'hypnose comme une forme de divination et d'enchantement. Il peut certainement être une forme de contrôle. En occultiste W.B. Crow's indique dans son livre "Witchcraft, Magic & occultisme", que l'hypnotisme est une science occulte.

     

    Ces souvenirs sont souvent dissociés de l'état de conscience. En d'autres termes, lorsque l' esprit a été dans un état de choc et/ou de stress, l'esprit peut revenir à ces souvenirs. Toutefois, jusqu'à ce que l'esprit retourne à l'état de ce choc, il ne capte pas les informations qu'il a intégré. Les programmeurs MONARCH sont bien conscients de la façon dont l'esprit fonctionne, et comment l'information et de la mémoire peut être pris au piège dans l'esprit. Il existe différents états neurophysiologiques. Il y aurait, 12 niveaux de l'esprit subconscient. Plus l'état de l'esprit subconscient est haut plus il a la capacité de créer des obstacles d'amnésie. L'hypnose est un outil précieux pour aller de l'esprit à différents états neurophysiologiques et d'obtenir de l'esprit à différents niveaux dusubconscient. L'hypnose peut aussi jouer un rôle dans le travail autour de l'amnésie, car les deux sont des types de dissociation. l'Hyperventilation aide une personne à entrer dans une transe hypnotique. La torture, la dépersonnalisation, la peur et l'anxiété aiguë àstimuler l'organisme pour hyperventiler. Donc, la peur, la torture et la dépersonnalisation sont des aides pour le MAITRE hypnotiseur.

    Toutes choses dans la vie devient alors un repère pour renforcer la programmation. Les objets communs dans la vie d'une personne peuvent faire partie d'une programmation sous hypnose : La musique, les sonneries, les couleurs, la vue d'un livre ou d'une Bible, les images de Dieu, foulards en soie, bijoux, lumières, des sons, des programmes de télévision, et d'innombrables autres choses. La limite à cela est simplement lla créativité du programmeur. Le pouvoir de l'hypnose est souvent sous-estimée parce que le pouvoir de l'esprit est sous-estimée. Voilà sur quoi se base le programme
    MONARK pour les populations.

    Lee Harvey Oswald, Sirhan-Sirhan, Charlie Manson, John Hinckley Jr., Mark Chapman, David Koresh, Tim McVeigh, John Salvi, Madonna, Tom Cruise, John Travolta, etc. et quelques notables sont les noms de l'infamie, fortement soupçonnés d'être des pions qui ont été engendrés par le programme.

     

    La stimulation électrique régulière et douce dans de nombreuses régions du cerveau, y compris la partie inférieure de la formation réticulée peut changer l'état de conscience d'une personne. Une bande électrique joint à une boîte est parfois placée sur la victime pour produire un état hypnotique. Il existe plusieurs façons pour changer l'état de conscience d'une personne, mais la plus populaire du programme MONARCH consiste à utiliser une combinaison de médicaments et de l'hypnose. Les médicaments sont utilisés pour faciliter l'hypnose. Les médicaments modernes et les drogues font presque tout le travail pour l'hypnotiseur. Ils placent la personne en une altération pour les rendre prêts à entendre n'importe quel ordre. Souvent, les victimes se souviennent d'orange ou de jus de raisin ou encore d'une crème glacée avant leurs transformations. Parfois, l'hypnose doit être effectué par les programmeurs sur des sujets réticents. Ils ont 3 grandes façons de contourner cela. Ils peuvent induire l'hypnose en déguisant ce que l'hypnotiseur fait, ils peuvent attendre jusqu'à ce que la personne soit endormie et lui parler en dormant, ou ils peuvent administrer des médicaments. En outre, de nos jours le réseau et les équipements de haute technologie vont aider le programmeur. Par exemple, certaines ondes stimulent l'orgasme sexuel dans la partie du cerveau. En déplaçant le corps dans cet état, l'esprit s'ouvre plus facilement.

     

    Dans les programmes des niveaux supérieurs du MIND CONTROL, un disque d'ordinateur est mis dans la machine à éléctro-choc, et exécute un programme qui envoie des chocs électriques à six noeuds. Plusieurs types de stimuli vont pénétrer le cerveau par l'intermédiaire de ces différentes méthodes de détection et d'apprentissage jusqu'à un état primitif de la conscience, où les programmeurs peuvent placer les commandes comme faire quelque chose à une certaine date. Voilà pourquoi il y a des enfants tueurs dans les écoles, ils ont reçu un CODE quelque part de manière Inattendu et soudaine. Car bien évidement, le programme a des BUGS et il est alors possible de voir la MATRICE (se souvenir ou de comprendre la programation) et alors le programmeur ne peut plus rien faire que de re-programmer le sujet, s'il en a l'occasion.

    Les dommages peuvent aussi provoquer un coma. Les deux thalamus se trouvent juste au-dessus du tronc cérébral. Le thalamus droit et gauche du cerveau sont le mécanisme de l'attention sélective. C'est-à-dire, ils décident de ce qu'il est important pour le cerveau sur quoi concentrer son attention. Le thalamus droit est relié à l'attention visuelle des formes le gauche à notre attention à des choses descriptible avec des mots. Dix à quinze répétitions lors d'une seconde d'intervalle sont suffisantes pour causer le cerveau à perdre tout intérêt à quelque chose. A ce point, le neurone dans la formation réticulée quittent l'attention à quoi que ce soit. Mais la vigilance du cerveau peut être réactivé par une impulsion forte et soudaine comme un bruit ou un flash de lumière. C'est pourquoi, 3 coups de feu, ou 3 éclairs de lumière sont utilisés comme déclencheurs d'accès standard pour le programme MONARCH. Le numéro 3 est également le meilleur numéro pour faire le travail. Ainsi les chansons les répetions de paroles ou des refrains sont donc très souvent utilisées par TROIS.

     


    1 commentaire
  • http://zoz63q.blu.livefilestore.com/y1pUnKgaETn5NVsXN3AhDP71r3GMYOt9NkxEVdu6LopiVa0AvXMHpFiboATi23jPOin20tmpzrdgY5ygHuVjxe5zw

    Le projet MKULTRA être exposés publiquement en 1970, par le biais de poursuites déposées par des survivants et de leurs familles. La CIA et le gouvernement canadien a réglé à l'amiable afin de ne pas être tenus de reconnaître officiellement à tout acte répréhensible.

    Le projet MK-Ultra ou Monark Mind Control est un programme spécial de contrôle de l'esprit développé par la CIA

    Les techniques de contrôle de l'esprit remonte au moins à l'Égypte ancienne. Des méthodes ritualistes sont employées pour provoquer un traumatisme par la torture, l'hypnotisme, et l'utilisation de drogues, afin d'engager la rupture de l'esprit et le changer ou d'élaborer de multiples facettes et en multi couches de la personalité. Les plans pour créer une société de travailleurs d'esprits sous contrôle a été mis en place depuis longtemps. La technologie actuelle est née des expériences des nazis dans les camps de concentration sur un nombre illimité d'enfants et d'adultes qui étaient disponibles pour l'expérimentation. Nous avons entendu parler de l'inhumain des expériences médicales effectuées sur les prisonniers du camp de concentration, mais aucun mot n'a jamais été mentionné par les médias sur les expériences sur l' HYPNOSE et le contrôle de l'esprit.

    Le nom MONARCH n'est pas nécessairement défini dans le cadre de la noblesse royale, mais se réfère plutôt à la domination. Quand une personne subit un traumatisme induit par un électrochoc, un sentiment de la lumière dans la tête est mise en évidence, comme si l'on est flottant ou flottant comme un PAPILLON. Il ya également une représentation symbolique se rapportant à la transformation ou à la métamorphose de cettei nsectes : de la chenille à un cocon (dormance, inactivité), d'un papillon (nouvelle création), qui sera de retour à son point d'origine. Tel est le modèle migratoire qui fait que cette espèce est unique. Un occultisme symbolisme sur le vrai sens du Psyché à la fois pour l' " ÂME " et le " PAPILLON " et la conviction que les âmes humaines deviennent des papillons au cours de la recherche d'une nouvelle réincarnation.

    Dans certaines mystiques anciennes, telles que chez les gnostiques, le papillon est un symbole de la chair et de la corruption. C'est " L'ange de la mort ". Une marionnette est attachée à des chaînes et est contrôlé par le maître, la programmation MONARCH est également dénommé le " SYNDROME DES MARIONNETTES ". Un autre terme utilisé est " IMPERIAL CLIMATISE ", alors que certains thérapeutes en santé mentale appelent cela " Conditioned stimulus réponse Sequences ". Le Projet MONARCH pourrait être mieux décrit comme une forme de dissociation structuré par une intégration occulte, afin de compartimenter l'esprit en de multiples personnalités, dans un cadre systématique. Au cours de ce processus, un rituel satanique, (cabalistique), est effectué dans le but de fixer un démon ou un groupe de démons, correspondant à la modifier le sujet.

    Le mystère des religions de l'Égypte ancienne, la Grèce, l'Inde et de Babylone a aidé à jeter les bases de l'occultisme et de la " connaissance cachée " L'un des premiers écrits en référence à l'occultisme, est le livre égyptien des morts, une compilation de rituels qui décrivent explicitement les méthodes de la torture et l'intimidation (pour créer un traumatisme), l'utilisation de potions (la drogue) et la coulée de sorts (hypnose), ce qui aboutirait finalement à l'asservissement total de l'initié. Celles-ci ont été les principaux ingrédients pour une partie de l'occultisme, connu comme le satanisme, à travers les âges. Au cours du13ème siècle, l'église catholique romaine a augmenté et consolidé sa domination dans toute l'Europe avec la tristement célèbre Inquisition. Le Satanisme survécu à cette période de persécution sous le voile de divers groupes ésotériques.

    En 1776,
    Adam Weishaupt sur ordre des Rothschild centralise la base du pouvoir du Mystère dans les religions. Ce groupe qui est communément appelé les ILLUMINATI, qui signifie "Enlightened Ones." Ce fut une puissante fusion des occultismes de sang, l'élite des sociétés secrètes et des francs-maçons influents, avec le désir de construire le cadre un " NOUVEL ORDRE MONDIAL ". Le but est de créer le bonheur universel pour l'espèce humaine en sélectionant les populations. Cependant, leur intention était d'augmenter progressivement le contrôle sur les masses, devenant ainsi maîtres de la planète.

     


    LES ORIGINES

     

    Au19ème siècle, la Grande-Bretagne et l'Allemagne sont la principale zone géographique de contrôle des Illuminati. Les premiers travaux de recherche en sciences du comportement a été créé en Angleterre en 1882, alors que les premiers travaux médicaux et psychiatriques techniques sur le contrôle de l'esprit ont été mis au point à l'Institut KAISER WILHEM en Allemagne. Le TAVISTOCK INSTITUTE OF HUMAN RELATIONS a été créée à Londres en 1921 pour étudier le " point de rupture " de l'homme. Kurt Lewin, un psychologue allemand, est devenu le directeur de l'Institut Tavistock en 1932, dans le même temps, l'Allemagne nazie augmente ses activités de recherche en neuropsychologie, la parapsychologie...

     

    Un programme d'échange des idées scientifiques a eu lieu entre l'Angleterre et l'Allemagne, notamment dans le domaine de l'eugénisme : le mouvement consacré à "améliorer" l'espèce humaine par le contrôle des facteurs héréditaires dans l'accouplement. L'énigmatique union entre les deux pays était lié, en partie grâce à l'Ordre de la GOLDEN GAWN, société secrète composée de hauts fonctionnaires du parti nazi et de l'aristocratie britannique. Haut dirigeant nazi SS Heinrich Himmler (illustration), était en charge d'un projet scientifique appelé " LEBERSBORN ", impliquant la reproduction sélective et l'adoption d'enfants, particulièrement un grand nombre de jumeaux. Le but du programme était de créer une super-race (Aryens) qui aurait une allégeance à la cause du TROISIEME REICH (New World Order).

    Une grande partie de la première expérimentation concernant le génie génétique et de modification du comportement a été réalisée par le
    Dr Josef Mengele à Auschwitz, où il a froidement analysé les effets du trauma-collage, la coloration des yeux et le " jumelage " sur ses victimes. A côté de la insidieuse expérimentation chirurgicale effectuée au camp de concentration, certains enfants ont été soumis à des quantités massives d'électrochocs. Beaucoup d'entre eux n'ont pas survécu à la brutalité.

     

    Parallèlement, "le lavage de cerveau" a été menée sur les détenus à Dachau, qui ont été placés sous hypnose avec la drogue hallucinogène mescaline. Pendant la guerre, des recherches sont dirigée par le Dr George Estabrooks de Colgate University. Sa participation au sein de l'Armée de terre, CID, le FBI et d'autres organismes demeure dans le secret. Toutefois, Estabrooks a occasionnellement parlé de son travail impliquant la création d'hypno-courriers et programmes hypnotiques sur les personnalités.

     

    Le Dr Joseph Mengele a été le principe développeur du traumatisme sur le projet Monark et le contrôle de l'esprit de la CIA. Mengele et environ 5 000 autres nazis de haut rang ont été secrètement transféré vers les États-Unis et en Amérique du Sud, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale dans une opération d'exfiltration désignée sous le code de " PROJET TROMBONE ". Les nazis ont poursuivi leurs travaux sur le contrôle de l'esprit de contrôle et des fusées dans les bases militaires souterraines secrètes. La seule chose que nous savons à propos des fusées a été le travail avec d'anciens nazis comme Warner Von Braun.

    Après la Deuxième Guerre mondiale, le département américain de la Défense a donc secrètement importé un grand nombre de cerveaux allemands nazi et des fascistes italiens, des scientifiques et des espions aux États-Unis via l'Amérique du Sud et le Vatican dans le cadre du
    PROJET TROMBONE. L'un des plus éminents membre de ce projet était le général allemand Reinhard Gehlen le chef du renseignement contre la Russie dans l'allemagne nazi. À son arrivée à Washington DC en 1945, Gehlen a rencontré longuement avec le Président Truman, le général William Bill Donovan, directeur de l'Office of Strategic Services (OSS) et Allen Dulles, qui allait plus tard devenir le fidèle directeur de la CIA.

     

    L'objectif de leurs séances de remue-méninges a été de réorganiser le fonctionnement nominal des renseignements américains, la transformant en une très efficace organisation clandestine. L'aboutissement de leurs efforts a produit le Central Intelligence Group en 1946, le nom de la Central Intelligence Agency (CIA) en 1947. Reinhard Gehlen a aussi profonde influence en aidant à créer le Conseil de sécurité nationale, dont la loi sur la sécurité nationale de 1947 a été dressée. Ce projet de loi a été mis en œuvre pour protéger les activités du gouvernement, y compris le contrôle de l'esprit et des programmes clandestins

    La première phase de développement du projet
    MK ULTRA a augmenté le contrôle de l'esprit des anciennes techniques occultes qui exige à la victime d'être exposés à des massifs traumatismes psychologiques et physiques, en général dès l'enfance, afin de provoquer la psyché, de la briser en mille morceaux afin de modifier les personnalités qui peuvent ensuite être programmé séparément pour exécuter une fonction (ou un emploi) que le programmeur souhaite "installer". Chaque création va modifier la personnalité distincte de la personnalité. Les personnalités peuvent être ramenés à la surface par des programmeurs ou des gestionnaires en utilisant des codes spéciaux, généralement stockées dans un ordinateur. La victime peut également être influencé par des sons, des mots, des actions, comme des clefs "déclencheurs".

     

    Les assassins, les tortionnaires, ont été tenus discrètement à l'abri des regards, des États-Unis, dans des installations militaires souterraines, la maison de milliers d'enfants américains arrachés à la rue (environ un million par an), et mis dans des cages empilées dans le cadre de la "formation". Ces enfants seraient utilisés pour affiner et perfectionner les technologies du Dr. Mengele. Certains enfants deviendraient des esclaves qui pourraient être utilisés pour des milliers d'emplois différents, allant de quelques assassinats à l'esclavage sexuel. Une partie importante de ces enfants, ont été intentionnellement abattus devant (et par) les autres enfants, afin de neutraliser les stagiaires sélectionnés dans le respect total et la soumission.

    Il est difficile de savoir qui est l'inventeur de ce projet satanique, en raison de la quantité importante de désinformation. Deux personnes sont connues sous le code couleur du nom de "
    MISTER GREEN ". Un médecin juif nommé le Dr Gruenbaum, qui auraient collaboré avec les nazis pendant la Seconde Guerre mondiale, et le Dr Josef Mengele, dont la marque de commerce de sang froid et le calcul de la brutalité n'a pas seulement marqué les esprits des rescapés d'Auschwitz. Sa recherche sans précédent, au détriment de milliers de vies, a été sans aucun doute un bonus aux intérêts des États-Unis.

     

    Le Dr. D. Ewen Cameron, également connu comme le Dr White, a été l'ancien chef de la marine canadienne, américaine et mondiale de la " psychiatrie Associations ". En raison de la vaste expérience de Cameron et de ses pouvoirs, Allen Dulles de la CIA a canalisé des millions de dollars dans des organisations comme la Société pour l'étude de l'écologie humaine, dont Cameron était le président. Des éxpérimentations ont été menées à plusieurs endroits à Montréal, pour la plupart à l'Université McGill, St Mary's Hospital et l'Institut Allan Memorial. Outre les méthodes classiques de la tyrannie psychiatriques, tels que les injections de drogue, des électrochocs et des lobotomies, le Dr Cameron conçu la technique de la " conduite psychique ", où les patients qui ne se doutaient de rien ont été maintenus dans un coma induit par médicaments pendant plusieurs semaines ave un régime d'électrochocs, alors que les casques électroniques étaient attaché à la tête et des messages répétitifs auditif ont été transmis à des vitesses variables.

     

    Le Dr Joseph Mengele a été le principe développeur du traumatisme sur le projet Monark et le contrôle de l'esprit de la CIA. Mengele et environ 5 000 autres nazis de haut rang ont été secrètement transféré vers les États-Unis et en Amérique du Sud, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale dans une opération désignée TROMBONE. Les nazis ont poursuivi leurs travaux sur le contrôle de l'esprit de contrôle et des fusées dans les bases militaires souterraines secrètes. La seule chose que nous a dit à propos des fusées a été le travail avec d'anciens nazis comme Warner Von Braun.

    Beaucoup de ceux qui ont été exploitées furent exécuté. Sans surprise, le Dr Cameron a été commodément exclus de la plupart des revues psychiatriques, quand le projet
    MKULTRA être exposés publiquement en 1970, par le biais de poursuites déposées par des survivants et de leurs familles. La CIA (et le gouvernement canadien) a réglé l'affaire à l'amiable afin de ne pas être tenus de reconnaître officiellement tout acte répréhensible.

     

    Un ancien lieutenant-colonel l'Armée et de la DIA du Psychological Warfare Division, Michael Aquino, est la dernière d'une série d'allégations, parrainé par le gouvernement des sadiques. Aquino, un génie excentrique, a fondé LE TEMPLE DE SET, une filiale de l'église de Satan du sorcier Anton LaVey. Son obsession des rituels païens nazis et ses manipulations son hypnotiques sur les personnes ont fait de lui un candidat idéal pour le poste de " MASTER PROGRAMMER ". Aquino a été accusé pour pédophilie. À la grande consternation des jeunes victimes, des parents, toutes les accusations ont été rejetées. Aquino développa la formation de bandes sur la façon de créer un MONARCH d'esclaves et a travaillé comme agent de liaison entre gouvernement, du renseignement militaire, de diverses organisations criminelles et de groupes occultes dans la distribution d'esclaves, ce projet avait le nom de code " MALCOM ".

    Heinrich Mueller est un autre programmeur qui a pour nom de code " Dr. Blue " ou encore " Gog ". Leo Wheeler était certainement le " Dr. Noir ", le neveu du défunt général Ear G. Wheeler, qui était le commandant en chefs de l'état-major pendant la guerre du Vietnam. D'autres allégations sur des manipulateurs du projet MONARCH, passés et présents, sont: Dr. Sydney Gottlieb, le lieutenant-colonel John Alexander, Richard Anderson Dabney (USN), le Dr James Monroe, Dr. John Lilly, le lieutenant-Comdr. Thomas Narut, le Dr William Jennings Bryan, le Dr Bernard L. Diamond, M. Martin T. Orne, le Dr Louis J. West, le Dr Robert J. Lifton, M. Harris et le colonel Isbel Wilson Green Afin de maintenir MKULTRA secret le CLA segmente dans des sous-domaines spécialisés de recherche et de développement dans les universités, les prisons, les hôpitaux et laboratoires privés. Bien sûr, ils ont été généreusement récompensés avec des subventions gouvernementales et divers fonds.

    Des institutions sont donc impliquées dans l'expérimentation MONARCH : Cornell, Duke, Princeton, UCLA, Université de Rochester, MIT, Georgetown University Hospital, Maimonides Medical Center, St. Elizabeth's Hospital (Washington DC), Bell Laboratories, Stanford Research Institute, l'amitié Laboratories Westinghouse, General Electric, ARCO et de l'humanité Research Unlimited, Le " produit final " a été créé sur des bases et installations militaires, où un maximum de sécurité est nécessaire. Désigné sous le nom de (re) programmation des centres ou à proximité des centres de traumatologie de la mort, le plus fortement identifiés sont: China Lake Naval Weapons Center, le Presidio, Ft. Dietrick, Ft. Campbell, Ft. Lewis, Ft. Hood, Redstone Arsenal, Offutt AFB, Patrick AFB, McClellan AFB, MacGill AFB, Kirkland AFB, Nellis AFB, Homestead AFB, Grissom AFB, Maxwell AFB et Tinker AFB. D'autres endroits reconnus comme des sites de programmation sont Langley Research Center, Los Alamos National Laboratories, Tavistock Institute et dans les zones comme : Shasta, CA, Lampe, MO et de Las Vegas, NV.

     

     

     

     

    LES EVOLUTIONS DU PROJET MK ULTRA

     

    Avec la CIA et le Conseil national de sécurité bien établi, la première d'une série de programmes de lavage de cerveau a été initiée par la Marine, à l'automne de 1947. Le projet CHATTER sur la " vérité des drogues " a été développé en réponse à la menace soviétique. La recherche a porté sur l'identification et la mise à l'essai des médicaments destinés à des interrogatoires et le recrutement d'agents. Le projet a été officiellement mis fin en 1953.

     

    La CIA a décidé d'intensifier leurs efforts dans le domaine de la modification du comportement, avec l'avènement du Projet BLUEBIRD, approuvé par le réalisateur Allen Dulles en 1950. Ses objectifs étaient de découvrir un moyen de conditionnement personnel et d'empêcher l'extraction de l'information, d'étudier la possibilité de contrôle d'une personne par l'application de techniques d'interrogatoire spéciales, étudier la mise en valeur dela mémoire et de mettre en place des moyens pour la défense du personnel de l'agence.

    En août 1951, le projet
    BLUE BIRD a été rebaptisé projet ARTICHAUT, offensive qui a évalué les utilisations de techniques d'interrogatoire, dont l'hypnose et les drogues. Le programme a cessé en 1956. Trois ans avant l'arrêt du projet ARTICHAUT, le projet MKULTRA a été crée le 13 avril 1953 dans le sens proposé par Richard Helms, directeur adjoint de la centrale de renseignement (DDCI), avec la logique de la création d'un " mécanisme de financement de l'extrême sensibilité ". Il est évident que le projet est encore actif de nos jours.

     

    Les médecins allemands, ont été un atout inestimable pour le développement du projet MKULTRA. La corrélation entre les camps de concentration et les expériences et les nombreux sous-projets de MKULTRA sont clairement évidents. Les différentes voies utilisées pour contrôler le comportement humain sous MKULTRA sont les radiations, l'électrochoc, la psychologie, la psychiatrie, la sociologie, l'anthropologie, la graphologie, le harcèlement et des substances paramilitaires comme le " LSD ", plus largement distribués comme " matériel ". Une procédure spéciale, désigné MKDELTA, a été établi pour régir l'utilisation de MKULTRA à l'étranger. Les matériaux MKULTRA du niveau DELTA ont été utilisés pour le harcèlement, discréditer ou désactiver des objectifs.

    Sur les 149 sous-projets dentifié dans le cadre
    MKULTRA, le projet MONARCH, officiellement commencé par l'armée américaine au début des années 1960 (bien que non officiellement mis en œuvre beaucoup plus tot) semble être le plus important et est encore classé TOP SECRET et "sécurité nationale". Le programme MONTAUK et son fonctionnement SPELLBINDER, a été mis en place pour créer des " sleeper" assassins " (Manchurian candidats) qui pourrait être activé dès la réception d'un mot-clé ou une phrase dans une transe hypnotique. Le programme SOUVENT, est une étude qui a tenté d'exploiter la puissance de forces occultes et peut-être plusieurs programmes de couverture pour masquer la réalité de l'insidieux projet MONARCH.

    A l'heure actuelle, la contamination de l'eau et des aliments avec des molécules agissant sur l'humeur et sur l'esprit est aussi possible. Diffuser dans l'eau ou les aliments des micro-robots (ou "nano-machines") invisibles à l'oeil nu. Une fois dans le corps, des centaines de micro-robots porteurs d'une micro-puce électronique pourraient aller se greffer sur les neurones pour en prendre le contrôle. Des nano-robots invisibles à l'oeil nu ont déjà été produits, et l'interfaçage neurone-microprocesseur a déjà été expérimenté avec succès en laboratoire. La technologie des micro-processeurs ultra-miniaturisés est également maitrisée depuis quelques années.


    Les armes sont invisibles et la preuve est difficile à apporter, par conséquent " les victimes " n’arrivent que rarement à se faire entendre. Les moyens utilisés: Emission d'ondes psychotroniques (ondes basse fréquence ou très haute fréquence, capables d'influencer le fonctionnement du cerveau en interférant avec les ondes utilisées par les processus cérébraux). En cours d'expérimentation: le projet
    HAARP développé par l'armée américaine à Gakona en Alaska, et les expériences menées sur la base américaine de Pine Gap en Australie.

    Voir:
    Projet HAARP

    Chaque jour, le matériel est construit et installé dans les pays a pour but un contrôle sur l'ensemble de la population. Partout dans ces pays des tours de transmission micro-ondes sont en cours de construction. Les antennes de MIND CONTROL sont installées en même temps et sur la même base que celles pour téléphone, ainsi impossible de voir la difference. Les deux technologie sont certaiment liées ! L'énergie est très peu utilisé par une véritable utilisation des téléphones cellulaires. Pourtant, ces antennes sont sur des niveaux de fréquences qui dépassent les exigences des téléphones cellulaires. Les technologies de contrôle de l'esprit ont été mis en place depuis longtemps. Ce n'est pas un hasard que la bande de fréquence choisie pour l'utilisation du téléphone cellulaire soit celle de Wilhelm Reich, qui a découvert dans les années 1940 comment pour manipuler un esprit sans que la victime ne s'en apperçoive. Reich a travaillé sur ce projet secret de la CIA pendant plus de 5 ans, à partir de 1947-1952, jusqu'à ce que la CIA utilise le contrôle de l'esprit sur le peuple américain. Wilhelm Reich était indigné de l'utilisation de sa découverte et a juré de ne jamais collaborer avec la CIA à nouveau. Reich a été secrètement assassinés dans une prison fédérale en 1957, quelques semaines avant sa libérération, après avoir été en prison pendant 2 ans pour un outrage au tribunal. Deux semaines avant son audience de libération conditionnelle. Officiellement Reich est mort d'une crise cardiaque, mais son dernier livre, écrit en prison, ne revint jamais à sa famille.


    1 commentaire
  •  

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    JPEG - 29.6 ko

    À la fin de la Seconde Guerremondiale, l’état-major des États-Unis met en place l’opération Paperclip à l’insu du Président Roosevelt. En quelques années, près de 1500 scientifiques nazis sont exfiltrés et recrutés pour lutter contre l’URSS communiste. Ils poursuivent notamment des recherches sur les armes chimiques, sur l’usage des psychotropes dans la torture, et sur la conquête spatiale. Loin de les affecter à des postes subalternes, le Pentagone leur confie la direction de ces programmes qu’ils marquent de leur empreinte idéologique.

    La Seconde Guerre mondiale à peine terminée sur le théâtre européen, les États-Unis et l’URSS entrent en rivalité. Leur priorité devient de piller le plus rapidement l’ennemi vaincu, le IIIe Reich. Le savoir-faire technologique développé par les scientifiques allemands suscite toutes les convoitises bien qu’il soit le fruit d’une exploitation d’une main d’œuvre servile issue des camps de concentration.

    Une partie de l’état-major états-unien, bouleversée par ce que découvrent ses hommes à Dachau, Auschwitz, Dora, ordonne de recueillir le plus grand nombre de preuves possible en vue d’un procès des dirigeants nazis. D’autres officiers de l’état-major considèrent au contraire que ces criminels forment un personnel irremplaçable qu’il convient de mettre au service de la puissance des États-Unis. Une opération militaire de récupération des scientifiques allemands ayant travaillé pour le IIIe Reich est donc montée par le Pentagone. Appelée « Operation Paperclip » (Opération Trombone), elle est confiée à la Joint Intelligence Objectives Agency (JIOA) [1], qui regroupe alors l’ensemble des services de renseignement militaires états-uniens. Comme l’expliquera plus tard son directeur, Bosquet Wev, « le gouvernement se préoccupait de "bagatelles" - les dossiers des nazis - au lieu de privilégier "l’intérêt des États-Unis, et gâchait ses forces inutilement à vouloir frapper un cheval nazi mort" » [2].

    L’opération se heurte à de vives résistances à la fois chez les responsables politiques et dans l’état-major. La position du président Franklin Delano Roosevelt était claire : interrogé par William Donovan, chef de l’OSS, sur l’opportunité d’accorder des privilèges aux officiers SS et aux membres du ministère des Affaires étrangères allemand, le président des États-Unis refuse. Parmi les personnes ainsi recrutées par l’OSS, « certains devront peut-être carrément être jugés pour crimes de guerre ou au moins arrêtés pour avoir participé de manière active aux activités nazies », argue-t-il. Passant outre l’ordre présidentiel, la JIOA prend la décision de falsifier les dossiers militaires des scientifiques allemands qu’elle projette d’exfiltrer aux États-Unis [3].

    Les scientifiques les plus convoités dans l’immédiat sont ceux qui ont fait peser la menace la plus lourde sur le camp des Alliés, c’est-à-dire ceux chargés de la conception des redoutables missiles V2. Leur chef de file est Wernher von Braun. Agé de seulement 32 ans en 1945, il s’agit d’un des plus brillants ingénieurs de l’époque. Dès les années 1930, il travaille sous la houlette d’Hermann Oberth, père de la fusée allemande. Il rejoint la SS et le commandement personnel du chef de l’organisation, Heinrich Himmler, avant d’obtenir le grade de commandant. Pendant la guerre, il travaille au centre de Peenemünde sur le projet de fusées V2. Celles-ci sont construites à l’usine Mittelwerk, par du personnel venu du camp de concentration de Dora.

    JPEG - 22.2 ko
    Le major SS Wernher von Braun, 1943
    Présentation aux dignitaires nazis du centre de recherche de Peenemünde où fut conçue la « guerre des étoiles » et réalisés les V2. Von Braun devint ultèrieurement le patron de la NASA.

    Après la victoire des Alliés, il est interné un temps à Garmisch par l’équipe du colonel états-unien, Holger Toftoy, habité d’un projet fou : relancer sur la base de Fort Bliss, aux États-Unis, le programme de fusées sur lequel travaillait von Braun. Il charge d’ailleurs celui-ci de convaincre avec lui ses anciens collègues de rejoindre l’aventure. La tâche n’est pas très difficile : la plupart des scientifiques concernés risquent, s’ils restent en Europe, d’être traduits devant un tribunal pour « complicité de crimes de guerre ». Parallèlement, un des directeurs de la JIOA, E.W. Gruhn, se charge d’établir une liste des scientifiques allemands et autrichiens les plus qualifiés pour les faire recruter par ses services. Il s’appuie pour cela sur Werner Osenberg, qui a dirigé la section scientifique de la Gestapo chargée de vérifier la fiabilité politique des savants travaillant pour le Reich. Les rapports et dossiers de la sinistre police permirent à Osenberg d’établir une liste de quinze mille noms de scientifiques, mentionnant leurs affiliations politiques et leur valeur scientifique. Ainsi que l’observe Linda Hunt, cette méthode « favorisait l’embauche de nazis convaincus » [4]

    Le programme confié à von Braun n’obtient pas immédiatement les résultats attendus. En juin 1947 le premier V2 modifié est tiré depuis la rampe de lancement de White Sands Proving Ground, au Nouveau-Mexique. La fusée, assemblée à partir de pièces allemandes trouvées à Mittelwerk, s’écarte de sa trajectoire initiale pour aller s’écraser de l’autre côté de la frontière mexicaine, à moins de cinq kilomètres d’un quartier surpeuplé de la ville de Juarez. Ce qui oblige Washington à expliquer immédiatement aux Mexicains qu’il ne veut en aucun cas lancer une attaque de missiles contre leur pays.GIF - 30.4 ko

    Note déclassifiée du chef d’État Major de l’US Air Force datée du 2 juin 1953 attestant que 820 scientifiques nazis ont déjà été recrutés dans le cadre de Paperclip.

    Le transfert de scientifiques aussi impliqués dans l’appareil nazi ne pouvait se passer sans encombre. Nombre d’entre eux n’ont accepté cet « exil » que sous la menace de poursuites judiciaires dans leur propre pays. Ce qui n’est pas un gage de fiabilité. Au mieux, ils considèrent collaborer avec un allié objectif dans la lutte contre l’URSS. Au pire, ils sont décidés à partager le moins possible les technologies qu’ils maîtrisent, ou bien à les vendre au plus offrant. Ces problèmes sont d’ailleurs identifiés dès le début de l’opération. Walter Jessel, lieutenant de l’armée états-unienne, a été chargé en 1945 d’évaluer la loyauté des scientifiques avant qu’ils ne quittent l’Allemagne. Son rapport, fondé sur des interrogatoires, conclue que von Braun et ses hommes cherchent à cacher leurs informations aux officiers états-uniens. Selon le militaire états-unien, leur faire confiance serait « une absurdité évidente ». Après tout, les scientifiques allemands étaient, encore très récemment, dans le camp ennemi. Malgré cela, ils ne seront jamais placés sous stricte surveillance par le commandant James Hamill, pourtant directement responsable du groupe Paperclip à Fort Bliss : « non seulement (..) les membres de Paperclip étaient autorisés à avoir largement accès aux informations secrètes, mais (...) il n’y avait ni couvre-feu, ni vérification du courrier allemand ». De plus, « les activités des scientifiques à l’extérieur étaient très peu contrôlées ». Ce qui témoigne, soit d’une légèreté incroyable, soit d’une confiance aveugle ne pouvant s’expliquer par de la simple naïveté.

    Une opération d’« intérêt national »

    L’opinion publique ne s’émeut pas de cette arrivée sur le territoire états-unien d’anciens scientifiques nazis. D’autant qu’elle est soigneusement désinformée sur le sujet. Fin 1946, le département de la Guerre organise même une journée porte ouverte à Wright Field afin de présenter une délégation de « savants allemands » à la presse. Les articles publiés à la suite de cette initiative de pure propagande passent totalement sous silence les antécédents douteux de ces ingénieurs si brillants. La doxa du Pentagone veut que tous aient été « passés au crible ». Le sous-secrétaire à la Guerre Patterson déclare notamment qu’« aucun scientifique soupçonné de crimes de guerre n’a été introduit aux États-Unis ». En réalité, d’importantes dissensions existent au sein même de la base de Wright Field, où plusieurs militaires états-uniens s’indignent de devoir travailler avec des « criminels de guerre nazis ». Theodor Zobel est ainsi accusé d’avoir « effectué des expériences sur des êtres humains quand il dirigeait les souffleries de Chalais-Meudon, en France », une information confirmée par un rapport de l’OMGUS, l’administration militaire états-unienne de Berlin. L’expert en carburant de Jet, Ernst Eckert, voit resurgir son passé d’ancien membre de la SA, puis de membre du NSDAP à partir de 1938, et de la SS en 1939. Mais la politique du Pentagone consiste à protéger au maximum ses hommes, tout en poursuivant les exfiltrations. À partir de l’été 1947, la JIOA lance une nouvelle opération intitulée « National Interest » (Intérêt national) qui lui permet de recruter toute la gamme des scientifiques nazis, même ceux condamnés pour crime de guerre. Elle leur propose de travailler pour l’armée ou pour de grandes entreprises privées, notamment Lockheed, W.R. Grace and Company, CBS Laboratories et Martin Marietta. Otto Ambros est de ceux qui bénéficièrent du programme. Directeur de l’IG Farben pendant la guerre, il participa à la décision d’utiliser le Zyklon B (produit par une filiale d’IG Farben) dans les chambres à gaz, et choisit seul le camp d’extermination d’Auschwitz pour y installer une usine. Ce qui lui permit de faire produire par une main d’œuvre en condition d’esclavage des gaz asphyxiants qu’il testait sur place sur des prisonniers, avant que leur usage ne soit généralisé à tous les camps. Déclaré coupable d’esclavage et de meurtres en série à Nuremberg, il bénéficie néanmoins de la clémence du tribunal et n’est condamné qu’à huit ans de prison. Durant sa période de détention, son nom est maintenu sur la liste d’embauche de la JIOA, qui le recrute dès sa libération prématurée par John McCloy, haut-commissaire états-unien pour l’Allemagne. Il est alors intégré en tant que « conseiller » dans les effectifs de W.R. Grace Company, Dow Chemical ainsi que dans ceux de l’US Army Chemical Corps.

    Objectif Lune

    Malgré les difficultés rencontrées au début du programme, l’opération Paperclip tient vite ses promesses dans plusieurs domaines, où l’état-major n’hésite pas à placer « ses » scientifiques nazis à des postes clés. Le plus emblématique est celui de la conquête spatiale, où s’illustre toute l’ancienne équipe des V2, qui dirige pratiquement l’intégralité des recherches. Érigé en priorité par le président John F. Kennedy en 1961, l’envoi d’un homme sur la Lune est directement confié aux ingénieurs nazis de l’équipe de Wernher von Braun. Ce dernier devient le premier directeur du Marshall Flight Center, le centre spatial de la NASA à Huntsville. Arthur Rudolph est nommé directeur de projet pour le programme de la fusée Saturne V, celle-là même qui atteindra la Lune en 1969. Pendant la guerre, en tant que chef de la production à Mittelwerk, Rudolph était notamment chargé de fixer le nombre d’heures de travail réalisable par les prisonniers venus du camp de concentration voisin de Dora. Enfin, l’ancien membre de la SS, de la SA et de deux autres groupes nazis, Kurt Debus, devient le premier directeur du Kennedy Space Center à Cap Canaveral. La collaboration des trois hommes permet aux États-Unis de réaliser l’un des accomplissements les plus spectaculaires de son histoire puisque, le 21 juillet 1969, Neil Armstrong pose le pied sur la Lune. Un véritable couronnement pour la coopération scientifique entre le parti nazi et l’état-major états-unien.

    JPEG - 6.5 ko
    Hubertus Strughold
    Scientifique nazi ayant coordonné
    des expériences sur la résistance
    au froid des déportés de Dachau.
    Recruté par Paperclip.

    Mais ce n’est pas le seul domaine où cette coopération parvient à d’excellents résultats. Au début des années 1950, l’armée états-unienne lance un programme destiné à améliorer la connaissance de la santé des pilotes et des soins à leur proférer en cas d’accident ou de circonstances extrêmes, tel que le parachutage en très haute altitude. Ces recherches sont centralisées à l’École de médecine aérienne de Randolph Field, au Texas, sous la direction du général Harry Armstrong. Plusieurs scientifiques nazis y travaillent à ses côtés. Le plus éminent d’entre eux est Hubertus Strughold. Celui-ci, après avoir vécu aux États-Unis pendant l’entre-deux-guerres, devient, pendant le conflit, responsable de l’Institut de la Luftwaffe pour la médecine aérienne à Berlin. Un centre de sinistre mémoire : des scientifiques y ont mené des expérimentations particulièrement atroces sur des détenus de camps de concentration afin de vérifier la durée de résistance au gel, à l’absorption d’eau salée et au manque d’oxygène. Officiellement, Strughold n’aurait pas eu connaissance de ces expériences. Elles ont pourtant été menées par ses proches collaborateurs : Siegfried Ruff, responsable des expériences de simulation de haute altitude (qui rendaient les détenus complètement fous par manque d’oxygène) a même coécrit un livre de santé aérienne avec lui. Ruff manqua d’ailleurs lui aussi d’être recruté dans le cadre de Paperclip, après avoir été miraculeusement acquitté à Nüremberg. Aujourd’hui encore, le bâtiment de l’US Air Force à San Antonio porte le nom d’Hubertus Stronghold.

    Edgewood Arsenal : du gaz moutarde au contrôle des cerveaux

    Le code de Nuremberg, destiné notamment à prévenir la réédition des horreurs nazies, ainsi que les lois régissant la zone états-unienne d’Allemagne interdisant aux Allemands de faire des recherches sur la guerre chimique, n’ont pas empêché le gouvernement des États-Unis d’utiliser les cerveaux nazis dans le cadre de Paperclip, bien au contraire.

    La base militaire ultra-secrète d’Edgewood Arsenal, dans l’État du Maryland, était depuis 1922 le principal centre de recherche médicale sur la guerre chimique aux États-Unis. D’abord pour tester les gaz inventés par les Allemands pendant la guerre, et plus tard les méthodes de manipulations psychologiques, de nombreux scientifiques de l’opération Paperclip y menèrent des expériences de 1947 à 1966, souvent de manière trop empirique et en utilisant les cobayes qu’ils avaient sous la main. Ce qui n’arrangea pas l’image de Paperclip, même parmi le personnel scientifique qui y était basé en permanence. Ainsi le directeur scientifique d’Edgewood à l’époque, Dr Seymour Silver, commentait-il leurs travaux en ces termes : « Leur appréciation générale autant en ce qui concernait le choix des sujets que sur les expériences elles-mêmes était erronée, très mauvaise ». Or dans un domaine des gaz de combat, des gaz incapacitants et des psychotropes, de telles méthodes eurent des conséquences humaines terribles.

    L’un des premiers nazis recrutés sur la base est Kurt Rahr, second couteau nazi autant inquiété en Allemagne pour des délits de droit commun que pour son soutien au IIIe Reich. Malgré un rapport défavorable le jugeant indigne de confiance et donc dangereux pour la sécurité des États-Unis, la JIOA envoie ce spécialiste de l’électronique haute fréquence à Edgewood en septembre 1947. Mais on ne lui confie pas de travaux classés secrets et il est trop modéré au goût de Hans Trurnit, autre recrue importée en 1947 de l’élite scientifique nazie cette fois, qui l’accuse d’être communiste et le fait renvoyer en Allemagne. Titulaire à l’université de Kieldu de 1934 à 1940, Trurnit y a été l’adjoint du professeur Holzlöhner , qui mena, pendant la deuxième guerre mondiale, des expériences concernant le froid sur des prisonniers de Dachau.

    Mais le principal atout d’Edgewood dans le cadre de Paperclip reste le chimiste Friedrich Hoffmann, lui aussi parmi les premiers arrivés sur la base. Cet ancien candidat recalé aux SA synthétisait pendant la guerre les gaz toxiques et les toxines pour le laboratoire de chimie de guerre de l’université de Würzburg et l’Institut de recherches techniques de la Luftwaffe. Arrivé aux Etats-Unis, il est chargé d’inventer de nouvelles tenues de protection et des antidotes contre les deux gaz les plus mortels inventés par les nazis dont dispose l’US Army, le Tabun et le Sarin, ramenés en grande quantités depuis l’Allemagne dans les arsenaux états-uniens. À l’aide des rapports sur les expériences menées dans les camps de concentration et de cobayes choisis parmi des soldats de la base, volontaires mais peu informés sur la réalité des expériences, il tente de déterminer quels effets produisent ces gaz sur l’organisme. Le protocole expérimental est sommaire : une vaste pièce est aménagée en chambre à gaz, on y place des animaux et des soldats à qui l’on demande d’ôter leur masque à gaz et de respirer des doses de poison jusqu’à ce qu’ils ne le supportent plus. Ainsi le soldat Don Bowen raconte, après avoir vu tous les animaux de la pièce agoniser dans d’atroces souffrances : « Mon premier réflexe fut de ne pas respirer. Et quand finalement j’ai pris une longue inspiration, le gaz me brûla le nez, la gorge et les lèvres ». De nombreux cobayes sont ainsi hospitalisés pour divers troubles après avoir respiré de faibles doses de gaz moutarde ou Tabun.

    Le LSD, arme de guerre psychologique

    En 1949, les scientifiques de Paperclip basés à Edgewood se voient confier une nouvelle mission : tester un psychotrope étonnant, qui provoque des hallucinations et des tendances au suicide chez les êtres humains. Il s’agit du LSD, découvert quelques années plus tôt par un autre Hoffmann, Albert cette fois, dans les laboratoires Sandoz de Bâle. [5]. Son utilisation devait, selon Son principal promoteur L. Wilson Greene, rendre possible une guerre plus humaine. L’objectif est en effet au départ de déterminer si l’on peut avoir recours au LSD et à une soixantaine d’autres psychotropes pour mener une guerre « psychochimique » destinée à affaiblir la population et les troupes ennemies. Mais progressivement, avec la montée en puissance de la Guerre froide et la multiplication des opérations de contre-insurrection, la CIA s’accapare le projet et le focalise sur la conduite des interrogatoires et les moyens de briser la résistance psychologique de l’interrogé, de provoquer des dissociations psychologiques et des états d’amnésie [6].

    Les sources d’informations de la CIA pour la guerre chimique étaient essentiellement des scientifiques allemands ayant travaillé pour l’IG Farben (la société qui produisait le gaz Zyklon B utilisé dans les camps de concentration), comme Walter Reppe, son ancien chimiste en chef, que les États-Unis tentent de récupérer en vain en 1948, alors qu’il travaille déjà pour les Britanniques. Un vaste recensement des plantes psychotropes est entrepris par Friedrich Hoffmann afin de mettre au point le « sérum de vérité » idéal.

    On donne également d’importantes doses de LSD à des soldats-cobayes d’Edgewood avant de les soumettre à des interrogatoires agressifs qui provoquent chez eux des états de peur intense, voire dans certains cas des convulsions, de l’épilepsie ou des crises de paranoïa aigües laissant de nombreuses séquelles.

    Les recherches sur l’amnésie, quant à elles, aboutirent à l’utilisation du Sernyl (SNA), connu également sous le nom de PCP ou « poussière d’ange », qu’on administrait par voie orale ou en aérosol à des soldats pendant qu’ils marchaient sur une trépigneuse. Accès de folie intense, amnésie totale et autres comas furent observés dans les laboratoires d’Edgewood.

    Parmi les plus virulents nazis de Paperclip à avoir participé aux recherches sur la guerre chimique et psychologique, figurait également l’ancien brigadier-général Walter Schieber (employé pendant 10 ans), qui avait supervisé les usines d’armement françaises sous l’occupation, les usines allemandes employant des STO et le programme nazi de guerre chimique. Emprisonné en 1945 car suspecté de crimes de guerre, il sauve sa peau en rédigeant des rapports sur la guerre chimique pour l’US Army, en se présentant comme témoin vedette à Nuremberg pour être intégré à Paperclip en 1947.

    Dans la seule période entre 1955 et 1975, sept mille soldats furent utilisés comme cobayes involontaires ; gazés, asphyxiés, drogués pour les recherches sur le contrôle du cerveau.

    Un élément d’une politique

    La fin de l’aventure est piteuse. À partir du début des années 1970, les crédits militaires accordés aux programmes des scientifiques Paperclip diminuent. En 1971, des restrictions budgétaires touchent durement le programme spatial, et tout particulièrement les ingénieurs allemands. Arthur Rudolph prend sa retraite, recevant au passage la plus haute distinction de la NASA, la Distinguished Service Medal. La même année, Wernher von Braun est contraint de témoigner devant des procureurs d’Allemagne de l’Ouest chargés d’enquêter sur les crimes commis au camp de concentration de Dora. Peu après, il doit abandonner son rêve secret de devenir administrateur général de la NASA. En 1974, c’est au tour de Kurt Debus de prendre sa retraite. Dix ans plus tard, en 1984, alors que ressurgissent les accusations de crime de guerre à l’encontre d’Arthur Rudolph, ce dernier est contraint de quitter les États-Unis pour Hambourg.

    Au total, les différents programmes de l’Opération Paperclip ont mobilisé près de 1500 scientifiques nazis pour lutter contre l’URSS. Ils attestent du choix de l’état-major interarmes des États-Unis de collaborer avec le parti nazi malgré le veto du président Roosevelt. Un choix ultérieurement validé par le président Truman et hissé au niveau d’une politique fédérale systématique. En effet, sous le contrôle du Conseil de sécurité nationale, des opérations similaires sont conduites parallèlement dans d’autres domaines pour récupérer et intégrer les cadres nazis ainsi que les cadres du système militaire nippon dans l’appareil de sécurité des États-Unis ou pour les employer dans des opérations secrètes à l’étranger.


    [1] La Joint Intelligence Objectives Agency a été créée en 1945, sous la tutelle du Joint Intelligence Commitee (JIC), le service de renseignement de l’état-major interarmes. Le JIC était composé du directeur des services de renseignement de l’armée, de son homologue de la Navy, du vice-directeur de Air Staff-2 et d’un représentant du Département d’État. « Records of the Office of the Secretary of Defense (Record Group 330), site de l’Interagency Working Group.

    [2] « US Coverup of Nazi Scientists », par Linda Hunt, Bulletin of the Atomic Scientists, avril 1985, p.24.

    [3] Le chef de l’état-major de l’US Army était alors Omar N. Bradley.

    [4] L’Affaire Paperclip - La récupération des scientifiques nazis par les Américains 1945-1990, de Linda Hunt, Stock, 1995. (1ère éd. 1991).

    [5] L’utilisation de la molécule qu’Albert Hoffmann avait expérimentée lui-même de manière triviale, cette fois dans le cadre des expériences d’Edgewood puis de l’opération « MK ULTRA » pour le contrôle de la contre-culture, le conduira plus tard à l’appeler son « enfant terrible ».

    [6] Voir également à ce sujet « Les manuels de torture de l’armée des États-Unis », par Arthur Lepic, Voltaire, 26 mai 2004.


    votre commentaire
  •  

    http://dhyanchohan.unblog.fr/files/2007/11/p2w434hq80.jpg

    En Islande, il est de tradition de croire aux Elfes et autres gens invisibles. Ils font partie de l’existence quotidienne et participent parfois de la vie communale. De là à invoquer extra-terrestres, puissances occultes et monstres sous-marins, il n’y a qu’un pas que franchissent allègrement quelques islandais.


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires